SBC “Sélection Basée Sur Les Compétences”, l’évolution de la sélection des entrepreneurs, fournisseurs et professionnels.





APPROVISIONNEMENT

L’approvisionnement en services professionnels pour la planification et l’exécution de projets de construction est devenu, au fil du temps, une source de débat dans l’industrie. La sélection des ingénieurs, architectes et entrepreneurs généraux/gestionnaires de la construction (AEC) est réputée avoir un impact appréciable sur la qualité, l’échéancier et le coût des opérations de construction, tant dans le secteur public que privé.

Traditionnellement, les options d’approvisionnement étaient de quatre types : méthode non concurrentielle à fournisseur unique (FU), offre concurrentielle au prix le plus bas (BP), meilleure valeur d’achat (MVA) basée sur une combinaison de qualifications et de prix, et enfin, sélection basée sur les compétences (SBC) où le prix n’est négocié qu’une fois que l’entreprise la plus qualifiée a été sélectionnée.

SBC a gagné du terrain en tant que méthode d’approvisionnement de choix, car la pratique et la recherche démontrent de plus en plus qu’il donne des délais plus efficaces, un meilleur contrôle des coûts et une performance de qualité supérieure, dans l’ensemble.

DÉFINIR SBC

SBC trouve son origine dans la loi fédérale américaine de 1972, le Brooks Act (Public Law 92-582), qui établissait que la sélection des architectes et ingénieurs professionnels pour les marchés de travaux publics devait être conduite, avant tout, par un processus basé sur les compétences. Depuis lors, SBC a été adopté et mis en œuvre par plus de 47 États, via ce que l’on appelle parfois des lois « mini-Brooks ».

L’objectif de SBC est d’attribuer des contrats au fournisseur de services professionnels et de construction le plus approprié et le plus qualifié, sur la base des compétences et des qualifications et non de la concurrence par les prix. L’étendue et le prix ne sont considérés et négociés qu’une fois la sélection terminée et avant la conclusion des termes du contrat final.

Pour mettre en œuvre le processus SBC, l’entité adjudicatrice suit six (6) étapes fondamentales: (1) établir les critères de sélection selon lesquels les entreprises AEC doivent être évaluées; (2) solliciter des services d’architecture, d’ingénierie et d’entrepreneuriat général ou de gestion de la construction par le biais d’une annonce pour une Demande de Qualification (DDQ); (3) évaluer les qualifications des entités soumissionnaires et présélectionner les entreprises les plus qualifiées; (4) interviewer et classer les meilleurs fournisseurs de services; (5) négocier avec la société la mieux classée pour établir le prix, la portée du projet et d’autres conditions contractuelles; (6) conclure un contrat avec l’entreprise la mieux classée si les parties en conviennent ou, à défaut, avec l’entreprise classée deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé et qu’un contrat soit conclu. Ce processus garantit que les contrats sont attribués au fournisseur le plus qualifié, sur la base de l’expérience et de l’expertise technique.

RECHERCHE

Une étude fondamentale de deux ans sur le SBC a été menée en 2009 par Paul S. Chinowsky, de l’Université du Colorado et Gordon A. Kingsley, de l’Institut de technologie de la Georgie. L’étude a été menée pour l’American Public Works Association (APWA) et l’American Council of Engineering Companies (ACEC-US). Les chercheurs ont mené une enquête approfondie sur des projets principalement publics tirés au hasard de divers emplacements géographiques et représentant une variété de modèles d’approvisionnement. L’étude a fourni une analyse quantitative complète de l’impact du SBC sur les éléments clés du projet. Les résultats ont montré que les projets basés sur le SBC étaient inférieurs à la moyenne nationale en termes de croissance des coûts et de l’échéancier, avaient réduit le risque d’ordre de changement et recevaient des cotes de qualité constamment élevées à la fin du projet. En termes d’indicateurs qualitatifs, les résultats ont montré que, par rapport aux autres méthodes d’approvisionnement, SBC a généré un haut degré de satisfaction du projet de la part des propriétaires et des professionnels, des partenariats plus cohésifs et de confiance entre les parties intéressées et les membres de l’équipe, ainsi qu’une préoccupation plus manifeste pour aborder les problèmes de société tels que la durabilité. Ces résultats positifs, à la fois en termes de paramètres quantitatifs et qualitatifs clés, reflètent l’efficacité accrue des projets basés sur le SBC et démontrent, comme en concluent les chercheurs « les avantages substantiels du SBC en tant que méthode d’approvisionnement de choix pour les entités adjudicatrices ».1

L’ENDOSSEMENT DE SBC

Aujourd’hui, SBC est largement approuvé par de multiples associations professionnelles et industrielles dans les domaines de l’ingénierie, de l’architecture et de l’entrepreneuriat général.

Au niveau international, certains des principaux organismes promoteurs du processus SBC sont les suivants:

  • Fédération internationale des ingénieurs-conseils (FIDIC)
  • Union internationale des architectes (UIA)
  • Académie internationale d’architecture/International Academy of Architecture (IAA)
  • Association des organisations d’architecture/Association of Architecture Organizations (AAO)
  • Association internationale de gestion de projets de construction/International Construction Project Management Association (ICPMA)
  • Conseil international du bâtiment (CIB)
  • Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets/UN Office for Project Services (UNOPS)

En Europe, SBC est approuvé par les organismes suivants :

  • Fédération européenne d’associations nationales d’ingénieurs (FEANI)
  • Conseil des architectes d’Europe (CAE)
  • Institut américain des architectes-Europe/American Institute of Architects-Europe (AIA-Europe)
  • Association des architectes du Commonwealth/Commonwealth Association of Architects (CAA)
  • Institut royal des architectes britanniques/Royal Institute of British Architects (RIBA)

Aux États-Unis, les approbations d’associations professionnelles sont répandues dans les domaines de l’ingénierie, de l’architecture et de la construction. Ceux-ci comprennent les organisations suivantes :

  • Conseil américain des sociétés d’ingénierie/American Council of Engineering Companies (ACEC-US)
  • Société nationale des ingénieurs professionnels/National Society of Professional Engineers (NSPE)
  • Corps d’ingénieurs de l’armée américaine/United States Army Corps of Engineers (USACE)
  • Société américaine des ingénieurs en mécanique/American Society of Mechanical Engineers (ASME)
  • Institut américain des architectes/American Institute of Architects (AIA)
  • Institut américain du Design-Build/Design-Build Institute of America (DBIA)
  • Conseil fédéral d’approvisionnement de services d’architecture et d’ingénierie/Council on Federal Procurement of Architectural and Engineering Services (COFPAES)
  • Association d’attribution en construction/Building Commissioning Association (BCA)
  • Association des entrepreneurs généraux d’Amérique/Association of General Contractors of America (AGC)
  • Association américaine des travaux publics/American Public Works Association (APWA)
  • Association de la gestion de la construction d’Amérique/Construction Management Association of America (CMAA)
  • Institut national des sciences du bâtiment/National Institute of Building Sciences (NIBS)
  • Association américaine de planification/American Planning Association (APA)
  • Association des chercheurs en gestion de la construction/Association of Researchers in Construction Management (ARCOM)

Au Canada, l’utilisation de l’approvisionnement SBC est de plus en plus approuvée, comme le soutien des associations suivantes l’indique :

  • Ingénieurs Canada (IC)
  • Institut canadien des ingénieurs (ICI)
  • Société canadienne de génie civil (SCGC)
  • Société canadienne de gestion en ingénierie (SCGI)
  • Association des firmes de génie-conseil Canada (AFGC-Canada)
  • Institut royal d’architecture du Canada (IRAC)
  • Association des architectes en pratique privée du Québec (AAPPQ),
  • Association canadienne de la construction (ACC)
  • Association canadienne des travaux publics (ACTP)
  • Services publics et approvisionnement Canada (SPAC)
  • Fédération canadienne des municipalités (FCM)

SBC AU CANADA

En 2008, de part une démarche innovante, le Québec est devenu la première province du Canada à imposer le SBC par la loi. Le Québec a introduit un règlement exigeant que tous les ministères et organismes provinciaux utilisent SBC pour l’acquisition de services d’architecture et d’ingénierie. L’utilisation du système SBC par le Canada s’est répandue dans toutes les provinces et continue d’augmenter, non pas sur la base de la législation, mais plutôt en raison de la connaissance et de l’expérience croissantes des avantages pratiques de la méthode SBC.

SBC Canada, une coalition d’associations, d’entreprises et de professionnels, sert de porte-parole national pour promouvoir les avantages du processus SBC, faciliter son application à travers le Canada, diffuser des programmes éducatifs ainsi que faire progresser la recherche et la politique d’approvisionnement en but d’établir SBC comme meilleure pratique dans l’industrie.2

SAJO est fière de s’associer à SBC Canada pour faire avancer la promotion et l’utilisation de SBC à travers le Canada, ainsi que pour étendre son application au secteur privé et élargir sa portée dans l’approvisionnement de services d’entrepreneuriat général et de gestion de la construction.

À cette fin, SAJO a parrainé une publication récente de SBC Canada (Sélection basée sur les compétences (SBC) : Meilleures pratiques pour l’approvisionnement de l’architecture, de l’ingénierie et de la gestion de la construction/entrepreneuriat général au Canada/ Qualifications-Based Selection (QBS): Best Practice for Architecture, Engineering and Construction Management / General Contractor Procurement in Canada) qui offre un bilan approfondi de la recherche et de la pratique de SBC ainsi qu’un compte rendu détaillée du contexte canadien.3

Plus récemment, SAJO s’est associé à SBC Canada pour soutenir une nouvelle étude menée par le Dr. Chinowsky et le Dr. Kingsley, les chercheurs originaux, qui ont entrepris de mettre à jour leur enquête de 2009 avec des données contemporaines et d’ajouter des projets canadiens à l’étude. Une telle recherche fournira des données empiriques qui serviront à valider les avantages de SBC dans l’expérience canadienne et contribueront à l’intérêt croissant des entités adjudicatrices et des organismes gouvernementaux pour l’utilisation de SBC comme méthode de choix dans l’industrie. SAJO se fera un plaisir de partager les résultats de cette étude, une fois achevée et mise à disposition.


Related Insights

Parlons

Notre équipe transdisciplinaire
est disponible pour explorer et comprendre
vos besoins.

CONTACTEZ-NOUS